Les défis du propre et du collectif dans les transports publics

Le monde du transport est actuellement confronté à des défis de taille, notamment en matière d’impact sur l’environnement, mais aussi en termes d’accessibilité. Du propre et du collectif, tous les acteurs du transport s’évertuent à trouver des solutions d’avenir.

Trouver de l’argent pour améliorer les réseaux durablement

À l’heure on l’on parle de voitures électriques et d’Autolib ‘, c’est tout le système de transport qui est remis en cause. L’objectif ? Un système qui pollue le moins possible et qui offre du confort à ses usagers. Cependant, les collectivités territoriales n’ont pas toujours les moyens d’améliorer leurs infrastructures. Pourtant, des solutions existent. En effet, Jean Marc Pasquet, vice-président de la commission finances du conseil régional d’Ile de France, affirme que les collectivités territoriales pourraient collaborer avec les régions pour améliorer les conditions de transport, étendre les réseaux, et rendre les systèmes de transport plus propres. Ainsi, la création d’une caisse commune des recettes des cartes grises permettrait d’augmenter le budget transport de plusieurs millions d’euros. Les initiatives des collectivités ne sont d’ailleurs pas les seules pour qui la solidarité est la clé du succès, car tous les acteurs qui veulent se donner les moyens du changement peuvent y avoir recours. Le projet EBSF en est un exemple.

Un projet commun de bus urbain

The European Bus System of the Futur (EBSF) est le premier projet de bus urbain qui regroupe cinq constructeurs dont l’objectif commun est de redonner au bus toute sa place dans les villes. Ainsi, le consortium entend changer le visage du système de transport par bus, en traitant aussi bien les besoins des exploitants, des usagers, des opérateurs ou des conducteurs, que la place du bus par rapport aux autres moyens de transport. Plusieurs tests ont d’ores et déjà été menés dans plusieurs villes, comme à Rouen où les personnes à mobilité réduite bénéficieront d’une meilleure accessibilité grâce à un système d’ajustement du bus à la hauteur des trottoirs et d’une passerelle articulée, ou encore à Budapest où MAN teste un bus de 18,75 mètres. Grâce à un budget de 26 millions d’euros cofinancés par l’Union européenne, le projet EBSF est un exemple à suivre en matière de solidarité pour surmonter les défis d’un système de transport propre et collectif. L’innovation est bien entendu au cœur des ambitions de ce projet.

Innover et partager

Un projet tel qu’EBSF offre une plus-value considérable en matière de partage de savoir-faire et de compétences. Ainsi, avec l’objectif de faire du bus le premier choix de transport des usagers urbains, l’EBSF obtient des résultats issus d’une intelligence partagée qui apporte des solutions innovantes, notamment pour les passagers. Car, ces derniers sont le point central du changement, et il faut savoir les inciter à utiliser les transports en commun et abandonner progressivement la voiture, et ce, quel que soit le pays dont il est question. Ainsi, EBSF est aujourd’hui adapté à tous les scénarios urbains de l’Europe, car il tient compte des tendances, tout en s’adaptant au relooking vert de chaque ville. Grâce à des services modernes et respectueux de l’architecture des villes, l’ensemble des systèmes proposés s’harmonise parfaitement avec leur environnement et répond davantage aux besoins des usagers.