Le développement des pays émergents est à la merci de la démographie

Le vieillissement de la population des pays industrialisés apporte depuis plusieurs années, des défis sociétaux difficiles à surmonter. Les pays émergents et ceux en développement se confrontent aujourd’hui, aux mêmes problèmes, et le recours à des systèmes de sécurité sociale est au cœur de nombreux débats.

Le monde vieillit

Selon les dernières études démographiques réalisées, le vieillissement des populations est désormais l’affaire de tous les pays du monde, et non plus seulement des pays industrialisés. L’espérance de vie dans les pays développés ne cesse d’augmenter, et chacun sait que les enjeux sociaux de ce vieillissement sont un problème de société que les États ont du mal à résoudre. Les systèmes de sécurité sociale apportent de la stabilité aux économies, et sont un formidable outil de lutte contre la pauvreté. Cependant, la protection sociale coûte cher, et lorsqu’on sait qu’aujourd’hui, les populations de certains pays en développement ont une meilleure espérance de vie que celles vivant dans des pays développés, on peut se demander comment les pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), et les pays émergents, vont faire face aux défis du vieillissement. Beaucoup s’accordent à dire que ces pays n’ont pas la capacité financière et économique de poursuivre leur développement tout en mettant en place des systèmes d’assistance sociale. Pourtant, si rien n’est fait rapidement dans ce sens, la précarité des personnes âgées va rapidement avoir des effets néfastes sur l’économie de ces pays. La mise en place de systèmes de protection sociale est donc primordiale, et urgente, car la pauvreté et les inégalités gagnent du terrain. Il ne faut pas oublier que les modèles des pays industrialisés, plus ou moins efficaces, ont été bâtis dans un contexte de vieillissement progressif de leur population, alors que les pays émergents et pays en développement sont confrontés à un vieillissement brutal. La solution pourrait donc se trouver dans une introduction progressive de systèmes d’aides sociales. Quant à savoir si les pays émergents et pays en développement ont les moyens de mettre en place de tels systèmes, le BIT estime que oui.

Tous les pays ont les moyens de protéger leurs citoyens les plus vulnérables

Selon l’équipe de sécurité du BIT, les pays émergents et pays en développement ont les moyens de créer des systèmes de protection sociale. Des systèmes de base, qui ne seraient pas aussi complexes et couteux que ceux que nous connaissons dans les pays développés, mais qui permettraient aux plus vulnérables, notamment aux personnes âgées, de poursuivre une existence digne. Au regard des pays développés, pour qui la protection sociale est un pilier économique, il est évident que des systèmes d’aides sociales favoriseraient un développement moins inégalitaire dans les pays du BRIC et les pays émergents. Assister les personnes vulnérables, en leur donnant un meilleur pouvoir d’achat, permettrait de stimuler la consommation, ce qui aurait une incidence directe sur la stabilité de l’économie. L’autre aspect important, lié à l’introduction d’un système d’aide sociale, est le dynamisme dont profiteraient de nombreux secteurs. Les États bénéficieraient ainsi, d’une diversification importante de leurs sources de revenus. Un facteur qui a son importance lorsqu’on sait que les pays émergents et pays en développement sont essentiellement des exportateurs de matières premières. Par conséquent, l’introduction d’un système d’aide social admettrait également une meilleure résistance aux fluctuations des échanges internationaux. Mais pour que cela fonctionne, il faut que ces systèmes soient peu coûteux, et qu’ils soient pensés pour répondre aux spécificités de chaque pays. Là réside tout l’enjeu d’un développement égalitaire, car il s’agit pour les pays en développement, de trouver le juste milieu entre dépenses sociales, et développement économique, pour espérer continuer de croitre durablement.

Les pays émergents se développent de manière contrastée

D’un point de vue économique, la croissance des pays émergents témoigne d’un fort développement. Cependant, si l’on considère les aspects sociaux, on ne peut pas dire que ces pays se soient beaucoup développés durant ces dernières années. Or, le niveau de développement d’un pays se définit également par le niveau de vie de sa population. Et sur ce point, les pays émergents et pays en développement accusent un retard considérable. Un retard qui tend à se renforcer avec l’augmentation de l’espérance de vie, car le problème du vieillissement est intimement lié à celui de la pauvreté, et sera d’ici peu, au cœur de distorsions économiques. Il faut bien distinguer la Chine des autres pays du BRIC, car le pays du soleil levant affiche un développement beaucoup moins contrasté. En effet, on assimile souvent la croissance globale des pays du BRIC, à celle de chacun d’entre eux. Ce qui est loin d’être le cas, puisque la Chine couvre la majorité des exportations du BRIC, ainsi que la plus grande partie des échanges commerciaux. Autrement dit, le vieillissement de la population chinoise a été plus progressif, et s’est fait en parallèle à la croissance économique. Par conséquent, l’intégration d’un système de sécurité sociale est moins urgente que dans les autres pays du BRIC. Ce qui ne veut pas dire que la Chine ne doit pas s’inquiéter du vieillissement de sa population, mais que les dispositifs qu’elle mettra en place seront différents. Pour mieux comprendre les facteurs qui entrent en jeux dans la création de systèmes d’aide sociale, voyons le cas de l’Inde.

L’Inde face aux défis démographiques

L’Inde est l’un de ces pays dont la croissance économique a été très forte au cours des dernières années, mais dont le développement a été très contrasté. À titre d’exemple, le pays compte aujourd’hui 80 millions de personnes âgées, dont beaucoup vivent en dessous du seuil de pauvreté. Or, la précarité des personnes âgées n’avait jamais été un véritable problème, car la culture indienne veut que les enfants qui arrivent à l’âge adulte continuent de vivre chez leurs parents, pour pouvoir prendre soin d’eux plus tard. Le système social indien fonctionne donc sur le principe de la famille patrilinéaire, et ce système fonctionnait très bien, puisque les inégalités et la pauvreté étaient moins importantes par le passé. Le progrès et la croissance économique sont les principaux facteurs qui ont poussé les jeunes à s’émanciper rapidement du foyer familial, laissant derrière eux, des personnes âgées sans aucune ressource. Le vieillissement brutal de la population est venu accroitre ce phénomène, et la pauvreté s’est ainsi répandue. Pour l’Inde, la meilleure solution, consisterait donc à mettre en place des dispositifs incitant les jeunes à rester dans le foyer familial, et d’améliorer les dispositifs d’aides qui existent déjà. Ainsi, le coût des dépenses sociales serait très faible, et le développement du pays serait moins contrasté. Chaque pays doit donc tenir compte de nombreux facteurs, pour envisager l’intégration d’une sécurité sociale dans son économie, et pour pouvoir s’en donner les moyens.