Le crowdfunding va-t-il sauver la culture ?

Le modèle économique de la culture française suscite depuis peu de nombreux débats sur sa viabilité. Les soutiens financiers sont de moins en moins nombreux, et les pistes de financement se tarissent. Voilà pourquoi le crowdfunding pourrait bien être la solution de sauvetage de la culture.

crowd

La culture n’est plus soutenue

On assiste depuis quelque temps à un recul des soutiens financiers pour la culture. D’un côté, l’aide publique fond comme neige au soleil, et de l’autre les entreprises mécènes se font de plus en plus rares. Ce sont pourtant là les deux principales sources de financement de la culture. Ainsi, si elles continuent à se tarir sans que personne ne réagisse, l’on ne pourra qu’assister impuissant à la perte de la culture française. Cela a déjà commencé avec la vente de certains trésors nationaux et de certains monuments historiques. Il est donc impératif de repenser le modèle économique de la culture, car s’il a jusqu’alors fonctionné grâce au mécénat d’entreprise et grâce aux aides publiques, d’autres pistes de financement sont à explorer. Des pistes comme le système de financement participatif nommé crowdfunding.

Le crowdfunding

La particularité du crowdfunding est qu’il repose sur un système participatif. Autrement dit, plutôt que de compter sur la générosité d’un mécène ayant une forte capacité de financement, ou sur les aides de l’État, le crowdfunding fait appel à la générosité du plus grand nombre. Que ce soit des particuliers ou des petites entreprises, tous peuvent faire don d’une somme, quel qu’en soit le montant. Voilà donc un concept qui fait beaucoup parler de lui en ce moment, car son efficacité a été démontrée par le passé. Le chanteur Grégoire par exemple, a réussi à se lancer grâce à une plateforme communautaire, depuis laquelle les internautes donnaient de petites sommes à l’artiste qu’ils préféraient. L’on peut également citer la plateforme Kickstarter qui a réussi à collecter plus d’un million de dollars en quelques semaines. En comparant ces chiffres avec le budget de certaines institutions culturelles, l’on ne peut que se rendre à l’évidence : le crowdfunding est la solution d’avenir de la culture française.

Oui au crowdfunding, mais…

La finance participative n’est visiblement pas inscrite dans les mœurs du don pour la culture. Si l’on a pu observer des modèles efficients, la mobilisation n’est aujourd’hui pas à la hauteur des espérances. Peut-être est-ce dû au manque d’enthousiasme des institutions culturelles face au crowdfunding ? Ces dernières ont du mal à sortir du modèle économique traditionnel, et les initiatives restent marginales. L’on notera tout de même que deux projets se distinguent du lot : la Fondation du Patrimoine, et la plateforme tousmecene.com qui a réussi à collecter 400.000 euros pour la restauration d’œuvres d’art et l’achat des Trois grâces de Lucas Cranach. Face à ce succès, la question est de savoir pourquoi le crowdfunding reste marginal. Il est vrai qu’une opération de crowdfunding nécessite un certain budget de communication, mais dans un contexte financier défavorable, il convient d’étudier d’autres pistes, plutôt que de compter sur des mécènes.

Advertisements