LH Forum : rétrospective des premiers pas de l' »économie positive « 

Les 13 et 14 septembre derniers se tenait le LH Forum. Un évènement organisé par PlaNet Finance pour promouvoir l’économie positive. Un concept qui n’en est aujourd’hui qu’à ses débuts, mais qui promet de se développer rapidement, étant donné le contexte de crise qui suggère l’incapacité du système économique actuel à répondre aux défis sociétaux présents et futurs.

bus

Le LH Forum : un mouvement pour l’économie positive

Le LH Forum est l’aboutissement d’un mouvement de partisans de l’économie positive. Ce concept à la croisée de l’économie sociale et solidaire, de la microfinance et du business social, propose un nouveau modèle économique, basé sur des théories différentes, et des valeurs de partage. Autrement dit, l’économie positive se veut une économie utile à l’homme, dans laquelle les entreprises agissent en faveur de la société, des hommes et de la nature, avant de penser à l’intérêt des actionnaires. Il ne s’agit pas de dénigrer l’actionnariat, mais d’appréhender l’économie autrement, avec des objectifs différents, et par la prise en considération d’autres richesses que l’argent. L’économie positive est à mi-chemin entre l’économie traditionnelle, et l’économie sociale et solidaire, et puise ses fondements dans les deux types d’économie pour émettre ses propres théories. Dans le concept d’économie positive, les mécanismes de marché, et l’argent par exemple, ne posent pas de problèmes dans les conceptions théoriques, car ces deux facteurs admettent l’atteinte d’objectifs tant solidaires que financiers. Ainsi, alors que l’économie traditionnelle est enfermée dans une conception de la gestion drastique des richesses, et que l’économie sociale et solidaire se veut moins dépendante à l’argent, l’économie positive s’inspire des deux pour créer un modèle où la notion de partage est centrale. Une notion indispensable au développement.

L’économie positive comme facteur de développement

Bien que peu connue du grand public, l’économie positive est déjà bien ancrée dans les mœurs de certaines entreprises, et pas seulement des petites. Des groupes comme GDF-SUEZ, Areva, ou encore Danone sont sensibles au concept d’économie positive, et seront d’ailleurs amenés à définir certaines grandes lignes du concept, car ces grandes entreprises sont des précurseurs en matière d’engagements responsables, et mènent déjà des actions à fort impact positif à travers le monde. Leur expérience est donc une source d’inspiration pour la construction des bases de l’économie positive, qui rappelons-le, n’est encore qu’un mouvement de partisans et d’acteurs d’une économie plus profitable à tous. Et si l’intérêt pour l’économie positive grandit chaque jour, c’est aussi parce qu’elle offre des perspectives de développement pour les pays sous-développés, ou pays émergents. En Inde par exemple, un homme, le Dr. Bindeshwar Pathak, a eu l’idée de créer une entreprise sociale il y a 20 ans, pour construire des toilettes publiques et privées. À l’époque, les toilettes n’existaient pas en Inde, les passants faisaient leur besoin à l’air libre, et chez eux, les Indiens se soulageaient dans des seaux.  Résultat, grâce à l’entreprise du Dr. Bindeshwar Pathak, des millions d’intouchables, ces individus à qui sont confiées les tâches indignes en Inde, ont put changer de vie, et les gens ne font plus leurs besoins n’importe où. Une amélioration sanitaire et sociale, facteur de développement important. Mais l’économie positive peut s’illustrer de bien d’autres manières.

Désarmer les enfants soldats d’Afrique, et lutter contre la déforestation

Interviewé à la veille du LH Forum, Arnaud Ventura, vice-président de PlaNet Finance et organisateur du LH Forum, expliquait l’activité de Fonderie 47, une société New Yorkaise, qui pratique l’économie positive. Les fondateurs de Fonderie 47, Peter Thum et John Zapolski, constatant que les armes étaient le nœud du problème des enfants soldats d’Afrique, ont décidé d’acheter les armes que possédaient ces enfants, pour les recycler et les transformer en bijoux. Ainsi, Fonderie 47, offre aux jeunes enfants soldats, un débouché économique qui les incite à abandonner leurs armes. Ce qui profite aux communautés locales, autant qu’à l’entreprise qui génère des bénéfices. Autre exemple, de modèle économique positif, celui de Harmless Harvest et de Sambazon. Ces deux entreprises achètent des fruits aux Indiens d’Amazonie, et leur permettent ainsi d’avoir une activité qui les incite à rester sur leurs terres, plutôt que de les vendre aux industriels de l’agriculture, qui détruisent des milliers d’hectares de forêt chaque année. Harmless Harvest et Sambazon, appuyés par le groupe Danone, commercialisent ensuite du jus de fruits pour gagner de l’argent. Un modèle qui contribue à la préservation de l’environnement et des populations locales, mais aussi aux deux entreprises. Très proche du business social, l’économie positive est un concept d’avenir qui se différencie par le rapport non complexé qu’elle a avec l’argent. Du moins, tant que ce dernier n’est pas considéré comme une fin. Cependant, la pénétration du concept et son impact sur l’économie réelle n’ont pas encore été mesurés aujourd’hui. Raison pour laquelle il est difficile de savoir si l’économie positive se développe réellement.

PlaNet Finance affirme que l’économie positive se développe

Arnaud Ventura, vice-président de PlaNet Finance, reconnait qu’aucune donnée statistique n’existe à ce jour sur l’économie positive. Cependant, Arnaud Ventura est convaincu que le concept s’est fortement développé au cours de ces dernières années, et qu’il continue et continuera à gagner le cœur des entreprises. Bien qu’il soit difficile de connaitre le nombre de partisans à ce concept, et le nombre d’acteurs, nul doute que l’économie positive progresse en France et en Europe. À l’image de la microfinance et du business social, qui se sont fortement développés dans les pays d’Asie, notamment en Inde, et qui se sont répandus au reste du monde, l’économie positive est un concept qui arrive à maturité dans les pays asiatiques, et ne tardera pas à s’étendre au reste du monde. Et c’est pour être à l’avant de la vague que le LH Forum a été créé, car la France et l’Europe peuvent être des acteurs importants en matière d’économie positive. À terme, le LH Forum devrait ainsi produire un rapport sur le développement de l’économie positive en France, en Europe et au niveau mondial. Cette expertise permettra d’établir si le concept d’économie positive se développe véritablement, et s’il s’affine.