Le conflit de Greenpeace contre Shell impacte Lego

LegoL’accord commercial conclu entre Lego et Shell depuis les années 50 a été abandonné par la firme aux petites briques multicolores suite à une campagne efficace de Greenpeace.

La marque de station-service Shell était présente sur les jouets Lego depuis plus de 60 ans de sorte que plusieurs générations d’enfants ont été sensibilisées à la marque Shell bien avant de remarquer son logo sur les stations-services, les vraies ou de comprendre l’activité pétrolière de la marque ! Ce ne sera désormais plus le cas, Greenpeace ayant fait pression sur Lego pour ne pas renouveler ce partenariat.

Pour arriver à ses fins, Greenpeace a produit un clip vidéo que l’on peut visionner depuis juillet dernier et qui dénonce les dégâts environnementaux d’un forage pétrolier en Arctique. Greenpeace avait en effet lancé une vaste campagne de sensibilisation à l’exploitation des ressources énergétiques dans la région polaire arctique, campagne intitulée Save the Arctic. Ce clip met en scène les figurines et les briques Lego sur un chantier dans la région où l’on voit des animaux et des Esquimaux d’un côté et des employés de la plateforme de forage de l’autre. Bientôt, toute la scène de « jeu » est inondée puis engloutie d’un liquide noire et visqueux, le pétrole déversé par les engins de l’entreprise Shell. Le clip se termine donc par une véritable marée noire provoquée par Shell. A noter que cette vidéo avait été dans un premier temps été censurée par Warner Bross, firme coproductrice du film blockbuster « La grande aventure Lego » car plusieurs personnages du clip figuraient dans le film. Elle a depuis été remise en ligne.

Dans un communiqué, le PDG du groupe Lego, Jørgen Vig Knudstorp, a affirmé  « Nous voulons avoir un impact positif sur la société et la planète dont les enfants vont hériter. » Ce faisant, il met fin à un contrat commercial qui rapportait 110 milliards de dollars à Lego contre la présence de jouets estampillés Shell dans les stations services de la compagnie pétrolière de 26 pays. Pour autant le patron de Lego regrette que sa marque ait été utilisée pour « viser Shell » et que Lego n’aurait « jamais dû être utilisé dans le conflit qui oppose Greenpeace à Shell ». Il souhaite en rester là sur ce dossier et annonce qu’il n’interviendra plus dans le conflit qui oppose Greenpeace à Shell et qui ne regarde que ces deux sociétés.