L’exploitation des ouvriers du jouet en Chine

JouetsOn se souvient qu’en octobre 2013, le géant mondial du jouet, Mattel avait été accusé par une ONG chinoise d’exploiter sciemment des ouvriers en Chine. China Labor Watch, après avoir infiltré 6 usines chinoises pendant plusieurs mois en 2013, révélait des conditions de travail extrêmement précaires : aucune formation, treize heures de travail par jour, pas de protection adéquate, des salaires faibles et des dortoirs surpeuplés. Pas moins de 300 ouvriers chinois étaient concernés par ces conditions de travail.

Comme chaque année, l’ONG fait paraitre, peu avant Noel, son rapport sur les conditions de travail des sous-traitants chinois des gros producteurs de jouets dans le monde. L’enquête de l’ONG a été menée de juin à novembre 2014 dans 4 usines produits pour Matte, Disney, Hasbro, Crayola et d’autres grandes marques, et elle révèle la persistance des violations des droits de l’homme, du droit du travail et de l’éthique.

Les usines en question sont situées dans la région du Guangdong. Les enquêteurs de CLW s’y sont infiltrés comme à leur habitude, pour mieux observer les mauvais traitements infligés aux ouvriers. On y constate toujours et encore les excès d’heures de travail (jusqu’à 120 heures mensuelles travaillées), des salaires impayés ou des cotisations insuffisantes, des conditions d’hébergement très précaires, une forte pollution de l’environnement, aucune représentation du personnel et l’absence d’examens médicaux. Les ouvriers manquent en outre de protection par rapport à la dangerosité des matériaux utilisés et des machines souvent très vétustes.

« En jouant sur la concurrence sauvage que se livrent les usines chinoises entre elles, et en imposant à la fois des normes strictes en matière de qualité et des prix de production bas à leurs fournisseurs et sous-traitants, les entreprises donneuses d’ordre font du coût du travail, et donc des ouvriers en bout de chaîne, la variable d’ajustement principale de ce système » dénonce Li Qiang, Directeur du CLW.

Mattel est donc de nouveau mis en cause et est interpellé par plusieurs ONG pour prendre ses responsabilités. La question de la fabrication des jouets n’est clairement pas une simple question de protectionnisme mais de responsabilité sociale et d’éthique.

China Labor Watch est une ONG américaine qui a pour vocation de traquer en Chine les sociétés qui travaillent pour de grands groupes européens, américains ou du Sud-Est asiatiques et de dénoncer les conditions de travail dans les usines chinoises des donneurs d’ordre.

Voir le rapport de novembre 2014 : Barbie, Mickey Mouse, Optimus Prime, Thomas the Tank Engine: Who Else Continues to Exploit Toy Workers.