L’insetting prend la relève de l’offsetting dans la compensation carbone

InsettingPlutôt que de planter des arbres dans des lieux et avec des techniques et des moyens humains sans aucun lien avec leur activité, des entreprises intègrent désormais leurs activités de développement durable directement dans leur chaine d’approvisionnement.

Planter des arbres, c’est déjà beaucoup mieux que de se livrer au greenwashing mais le fait de planter pour soutenir l’agroforesterie au sein même de sa chaîne d’approvisionnement durable, c’est encore mieux. C’est le concept de l’insetting, inventé par le collectif Pur Projet, qui accompagne les entreprises dans l’intégration de la problématique du climat au cœur de leur raison d’être et de leurs métiers, principalement via la régénération et la préservation d’écosystèmes (agroforesterie, reforestation, conservation forestière).

L’offsetting, ou la compensation carbone classique, a été souvent critiquée mais elle reste très importante. Le marché mondial de la compensation carbone devait atteindre 64 milliards d’euros en 2014. Alors, même si une faible part était consacrée à de l’insetting, l’impact serait très important. Le groupe Accor, par exemple, gère 470 000 chambres réparties dans 92 pays, qui représente une empreinte carbone équivalente à une ville d’un million d’habitants. Son responsable du développement durable, Arnaud Herrmann explique que plutôt que de procéder à de l’offsetting, Accor a préféré développer des projets en adéquation avec leur activité. L’industrie hôtelière est fortement consommatrice d’eau et la restauration représent 40% du chiffre d’affaires du groupe. Il était donc naturel et cohérent de soutenir des projets locaux dédiés à la gestion durable de l’eau et de l’agriculture.

Ainsi, en partenariat avec Pur Projet, Accor à identifié des projets à implémenter au sein même de sa chaîne d’approvisionnement. Le groupe a souhaité s’engager dans des projets d’agro-écologie et de reforestation afin de contribuer à la transition des modèles agricoles. Cet engagement contribue en outre à renforcer les liens entre les hôtels et les producteurs locaux, leur permettant d’initier des expérimentations de sourcing direct dans les projets qu’ils soutiennent : ainsi, le GIE des « Femmes du Rif » au Maroc a fourni 3000 litres d’une huile d’olive biologique de grande qualité aux tables et aux cuisines des hôtels marocains. Par cette démarche circulaire vertueuse basée sur un geste simple, Accor réduit son empreinte environnementale, agit concrètement pour la restauration de ses écosystèmes tout en associant fortement ses parties prenantes au programme Plant for the Planet.

Nespresso a de son côté prévu de planté 10 000 arbres d’ici 2020 au sein des exploitations de ses fournisseurs et dans leurs environs. « En plantant des arbres dans les exploitations de café », indique Jérôme Perez, responsable du développement durable chez Nespresso, « vous protégez les caféiers des pluies violentes et nous savons que les événements climatiques extrêmes influent beaucoup sur la production de café arabica. Les arbres empêchent les glissements de terrain en protégeant le sol, l’eau et la biodiversité. » Toutes ces expériences font de l’insetting une approche très pertinente.