Sécurité des salariés et des consommateurs au cœur des attentes en RSE

Attentes RSEL’institut RSE publie la première édition de l’observatoire des enjeux RSE en France qui présente les attentes en terme de RSE en France, par la société civile et la communauté économique.

L’étude met en évidence 5 grands enseignements :

  • Il y a des décalages significatifs entre l’appréhension des enjeux RSE par la communauté économique (pro-environnementale) et le grand public (pro-enjeux sociaux),
  • Les enjeux sociaux relevés et attendus sont la question du partage de la valeur créée, l’intégration des jeunes, le maintien des seniors et l’enjeu parité hommes / femmes,
  • La question de la sécurité des consommateurs et des salariés vient en tête des préoccupations,
  • Les enjeux montants sont notamment l’éthique des affaires (lutte contre la corruption, relation fournisseurs), la protection des données personnelles et la participation à la vie locale,
  • La matérialité des enjeux RSE est le résultat d’un contexte, marqué par une forte demande sociale, une dynamique environnementale en bonne voie et des enjeux sociétaux modernes qui ne sont pas encore au cœur des politiques RSE.

Selon un article publié sur le site Novethic, l’institut RSE insiste sur le grand écart observé entre la perception du public et celle des acteurs de la RSE à la fois sur l’importance et la réalité des enjeux. ʺIl y a des décalages significatifs entre l’appréhension des enjeux RSE par la communauté économique, plutôt pro-environnementale, et la communauté grand public qui exprime nettement une demande sociale dont elle dit qu’elle n’est pas assumée aujourd’hui au travers de la RSE en Franceʺ. Ce décalage est particulièrement marquant pour les émissions de CO2, qui arrivent en 2e position des préoccupations des cadres dirigeants et en 7e position du grand public, ou l’innovation en produits et services responsables (3e chez les cadres et 8e chez le grand public). Mais aussi concernant l’emploi: le maintien ou l’augmentation des effectifs n’apparaît ainsi qu’en 8e position des préoccupations RSE des cadres dirigeants ! Par ailleurs, la problématique des relations équitables entre les donneurs d’ordres et les fournisseurs (notamment les PME) est largement sous-estimée par les Français. En fait, la communauté économique ʺa le sentiment de contribuer beaucoup plus au social/sociétal que l’opinion ne le perçoit !ʺ, juge l’Institut. »

Patrick d’Humières, président de Institut RSE et également directeur du programme executif entreprise durable de l’Ecole Centrale de Paris explique sur le site de l’institut : « L’observatoire des enjeux RSE que nous publions fait apparaître que pour les français, comme pour la communauté économique, la sécurité des salariés et des consommateurs était la première exigence de la RSE, en France et au-delà. Si on est tous d’accord là-dessus, pourquoi ne saurions-nous pas nous associer pour suivre, vérifier, accompagner ce risque insupportable de conditions de production indignes cachées au bout du monde, au lieu de répondre par la voie du 19°siècle à un enjeu du 21°siècle ? »