Les Chinois sont de plus en plus préoccupés par la pollution

Pollution en ChineLa pollution en Chine est un problème qui préoccupe de plus en plus les entreprises nationales. Une récente étude réalisée par l’ONG CDP en témoigne.

Selon le site Novethic, les entreprises chinoises sont en train de prendre conscience que leur pays est en train de devenir le premier émetteur de dioxyde de carbone. L’étude est le résultat d’une compilation des émissions de de CO2 de 45 entreprises chinoises sélectionnées parmi les entreprises côtées à la bourse de Shanghai. Les entreprises ayant accepté de dévoiler leurs données se comptaient encore sur les doigts d’une main en 2008, il y a donc eu une nette évolution par rapport à la culture du secret qu’entretiennent traditionnellement les entreprises chinoises.

Novethic indique que les entreprises ayant participé à l’enquête appartiennent autant aux secteurs liés aux nouvelles technologies comme les telecom qu’à ceux très polluants comme l’automobile ou les hydrocarbures. Il y a donc une véritable évolution des mentalité et notamment de la part du gouvernement. Comme le mentionne Novethic : « En mars de l’année dernière, le premier ministre Li Keqiang annonçait que la Chine ʺdéclarait la guerre à la pollutionʺ. Anticiper d’éventuels changements règlementaires est d’ailleurs l’une des principales motivations à engager ces évaluations complexes, pour 93% des participants à l’étude de CDP. »

En ligne de mire, la généralisation des permis d’émission de carbone, sur le modèle du système issu du protocole de Kyoto. Au moment de sa signature en 2002, la Chine, alors considérée comme un pays en développement, n’était pas soumise à des objectifs chiffrés d’émissions de CO2. (…) ʺLe pouvoir politique fait bouger les lignes« , commente Huw Slater, responsable recherche et projets de l’ONG China carbon forum, qui cherche à fédérer les initiatives en matière de réduction des émissions de CO2. « Il y a effectivement ces systèmes de crédits carbone, mais aussi le renforcement des sanctions contre les pollueurs, et toute une série de mesures sectoriellesʺ, ajoute-t-il. »

Par ailleurs, un documentaire sorti récemment et intitulé « Sous le dôme » montre les causes et conséquences de l’épais smog brunâtre qui embrume de façon endémique les métropoles chinoises, et dénonce l’attitude négligente des autorités sur ce sujet. Peu de temps après sa sortie, il a été retiré du web par les autorités chinoises. Selon Le Figaro, « . Il avait non seulement été vu par 155 millions de personnes, soit un Chinois sur neuf, dans les premières 24 heures suivant sa sortie, mais également largement commenté pendant toute la semaine non seulement sur les réseaux sociaux mais également dans les médias officiels. »