Benetton promet de verser 1,1 million de dollars aux victimes du Rana Plaza

BenettonLe groupe de textile italien a annoncé qu’il allait verser 1,1 million de dollars aux victimes de l’effondrement de l’immeuble du Rana Plaza (Bangladesh) en avril 2013.

Le Rana Plaza est l’immeuble qui abritait de nombreux ateliers de confection textile, sous-traitants de groupes étrangers (dont Benetton), et qui s’est effondré il y a deux ans, entraînant la mort de 1 138 personnes. Plus de 2 000 autres personnes avaient été blessées dans la catastrophe.

Benetton a décidé de verser 1,1 million de dollars au fonds d’indemnisation des victimes, le Rana Plaza Trust Fund, un montant deux fois plus élevé que celui que le cabinet de conseil PriceWaterhouseCoopers (PWC) lui avait conseillé de débourser. Selon le communiqué, « PWC a calculé qu’en prenant en compte le rapport commercial avec le Rana Plaza, la contribution de Benetton devrait être de 550 000 dollars ». L’industriel italien avait été mis en cause pour sa non-participation à l’indemnisation des victimes, laquelle avait été mise en place environ huit mois après le drame. Pour autant, Benetton indiquait avoir versé à l’ONG Brac, la somme de 500 000 dollars et ce, avant même la mise en place du fonds.

Pour le mouvement citoyen Avaaz, le montant est toutefois insuffisant : « Le montant de la contribution de Benetton est clairement insuffisant pour compenser les vies perdues (…) et apaiser la souffrance des survivants et des familles. Mais l’appel d’un million de personnes a fait plier l’entreprise et est parvenu à inverser sa décision initiale de ne pas soutenir financièrement les victimes », a déclaré Dalia Hashad, directrice de campagnes pour Avaaz, selon un communiqué. Et elle ajoute : « Les yeux du monde entier sont maintenant tournés vers les entreprises récalcitrantes telles que Carrefour, JC Penny, Walmart et The Children’s Place ».

De son côté, le groupe Auchan avait annoncé en août 2014 qu’il avait décidé de contribuer également au fonds d’indemnisation des familles des victimes suite au fait que trois associations avaient décidé de porter plainte contre le distributeur dont des vêtements avaient été retrouvés dans les décombres. Pour ces association, le montant de la participation, de l’ordre d’1,5 million de dollars, est jugé insuffisant « au regard des besoins, de l’activité du groupe au Bangladesh, et de sa santé financière » et « regrettent que le groupe ait attendu un temps inacceptable [un an et demi] au regard de sa responsabilité première dans le drame ».