Kering promeut la comptabilité environnementale des entreprises

KeringLe groupe de luxe communique sur ses résultats environnementaux et sur sa méthodologie de compte de résultat environnemental afin d’encourager la prise en compte de la valeur des ressources naturelles par le monde de l’entreprise.

En publiant son Compte de Résultat Environnemental (Environmental Profit and Loss Account ou E P&L)1, Kering amorce une démarche pionnière consistant à mesurer l’empreinte environnementale de ses activités et de l’ensemble des chaînes d’approvisionnement du Groupe, et à la traduire en valeur monétaire. De plus, Kering rend publique la méthodologie de son E P&L afin de fournir un outil « open source » pour encourager les autres entreprises à mieux comprendre l’impact global de leurs activités sur les ressources naturelles. En partageant son outil, Kering entend soutenir la comptabilisation des impacts sur les ressources naturelles par les entreprises et contribuer au Natural Capital Protocol2, une initiative qui fédère des entreprises de différents secteurs en vue de construire un cadre de référence mondial pour la comptabilité du capital naturel3.

Le communiqué de Kering indique qu’à travers l’E P&L, Kering a analysé l’impact de ses activités sur les ressources naturelles, depuis la production des matières premières jusqu’à la vente des produits aux clients, en passant par la logistique et les magasins. Cette évaluation lui apporte une compréhension plus approfondie et une meilleure visibilité sur ses activités, permettant ainsi de prendre de meilleures décisions. Une telle démarche augmente ainsi la capacité des entreprises à réduire leur impact, et à s’adapter aux facteurs de changement dans leur chaîne d’approvisionnement, notamment lors des variations dans la qualité et la disponibilité des matières premières.

Le rapport sur la méthodologie E P&L de Kering et les résultats 2013 du Groupe, développé avec le soutien des marques du Groupe et du cabinet de conseil PwC, expose les 7 étapes nécessaires à une entreprise pour développer un E P&L. Le rapport présente également les résultats consolidés de l’E P&L du Groupe sur la base des données de 2013 et met en lumière les programmes d’actions déjà engagés par le Groupe et ses marques pour réduire leur impact sur les ressources naturelles. L’E P&L sert au Groupe d’outil de mesure et de méthodologie en matière de développement durable. Il n’a pas de lien avec les résultats ou le reporting financiers. Il s’agit plutôt d’un nouveau moyen d’estimer le coût pour la société des changements environnementaux qui découlent des activités des entreprises tout au long de leur chaîne d’approvisionnement. Ces changements, ou impacts environnementaux, se mesurent à travers les émissions de gaz à effet de serre, l’utilisation d’eau, la pollution de l’air et de l’eau, la production de déchets et les changements dans l’utilisation des sols en lien avec les activités de Kering (réseau de distribution, bureaux et transport) ainsi qu’avec celles de ses fournisseurs, et ceci, des matières premières jusqu’à la fabrication.

1 Un E P&L analyse l’ensemble des impacts environnementaux engendrés par les opérations d’une entreprise, en interne et le long de toute sa chaîne d’approvisionnement, puis établit une estimation du coût pour la société des changements environnementaux résultant de ces activités.

2 Le Natural Capital Protocol (NCP) vise à transformer la manière dont les entreprises opèrent grâce à une meilleure compréhension et une meilleure prise en compte de leur impact et de leurs dépendances par rapport aux ressources naturelles (« capital naturel »). Le NCP sera publié en 2016 et fournira des instructions claires sur la manière dont les entreprises peuvent mesurer et traduire en valeur monétaire les différents types d’impact et de dépendances pour les différentes applications envisagées.

3 Le « capital naturel » correspond aux réserves des écosystèmes naturels sur Terre, y compris l’air, la terre, le sol, la biodiversité et les ressources géologiques. Ces réserves sont au fondement de notre économie et de notre société, car ils produisent de la valeur pour les individus à la fois directement et indirectement.

Voir l’intégralité du communiqué