Les conseils d’administration n’ont pas encore les compétences requises pour gérer la disruption digitale, selon Amrop

digital

Les technologies ont fini d’investir tous les domaines de la vie et dans ce sens, les entreprises ne sont pas en reste. La maitrise des outils digitaux devient une nécessité pour travailler au sein d’une entreprise.  Ceci dit, on note que les compétences digitales des équipes dirigeantes sont en nette hausse. C’est en se basant sur ce constat que l’Amrop a eu à examiner les compétences digitales des conseils d’administration de 110  sociétés réputées  dans 11 pays (en Europe et aux États-Unis), mais aussi  l’expérience professionnelle de 1 280 administrateurs non exécutifs.

Les conclusions de cette enquête

Cette enquête de l’Amrop permet de voir que 36 % des membres qui sont au sein du conseil d’administration des entreprises de technologie ont des compétences digitales. Ainsi La Finlande vient en tête avec le pourcentage le plus élevé, la France quant à elle a le pourcentage le plus bas. Aussi les États-Unis pointent à la troisième position du taux le plus faible. En outre, les représentants des salariés ont une proportion de 23 %  de maitrise des compétences digitales. Aussi, il faut souligner que 5 % des membres du conseil d’administration des entreprises non technologiques détiennent  des compétences digitales. Dans ce registre, le Danemark et l’Espagne occupent les dernières places avec  2 %. Toutefois, il faut noter les bonnes performances de la Suède qui se place au premier rang (8 %). La grande contradiction de cette étude c’est que les secteurs dans lesquels l’usage du  digital est incontournable sont sous-équipés, surtout pour les biens de consommation, les finances entre autres. De plus, il est important de mentionner que les  compétences financières sont 3 fois plus fréquentes que les compétences digitales.

Que révèle l’étude menée par l’Amrop ?

Les entretiens menés par Amrop dans le cadre de cette étude ont révélé les faits suivants :

  • La disruption digitale et l’innovation en la matière demandent des « Corporate Garages ». En effet, les administrateurs qui ont des compétences digitales font office de référence. Et les nouveautés technologiques et financières partent de leurs initiatives.
  • La transformation digitale et les risques de sécurité en ligne sont corrélés.

La sécurité en ligne est une grande priorité pour les conseils d’administration, mais les administrateurs ne le voient pas de cet œil, ils ne  comprennent pas les enjeux de sécurité. La disruption digitale exige une culture tolérante au risque.

En dehors de ces aspects, les conseils d’administration pour rester pertinents doivent allier la gestion des risques avec l’innovation numérique.

  • Le parcours digital est construit étape par étape.

L’étude démontre que beaucoup d’administrateurs souhaitent simplifier les processus d’acquisition du savoir digital afin   d’optimiser les systèmes existants et être plus performants.