Londres veut arriver à une baisse importante de ses impôts sur les sociétés

brexit, baisse de l'impot sur les sociétés

À la suite du vote de Brexit Londres a vu son économie menacée et envisage de diminuer son impôt sur les sociétés. Son ministre des Finances George Osborne a annoncé ce dimanche au Financial Times le projet de diminuer l’impôt imposé aux sociétés et de ramener ce taux de 20% à 15% donc de le réduire de 5% et de mettre en place une économie très compétitive en Europe et dans le monde.

Les facteurs de la réduction

Au soir du 23 juin les Britanniques ont voté à l’unanimité leur désir de sortir de l’union européenne non sans mesurer les conséquences de ce choix. En effet, au sein de l’union européenne les pays membres accèdent à une croissance plus dynamique avec le marché unique et une politique économique et monétaire commune. Donc par conséquent en sortant de l’union Londres risque de voir beaucoup d’investisseurs quittés ses sols pour d’autres pays en raison de la disparition du libre-échange européen.

Ainsi pour retenir ces investisseurs et rendre plus attractive son économie, le ministre britannique des Finances George Osborne a annoncé ce dimanche la réduction de 5% de l’impôt au niveau des sociétés et de le ramener à 15%. Ce choix va permettre au Royaume-Uni d’abord de rassurer les entreprises et investisseurs mais surtout de pouvoir apporter cette concurrence de son économie au niveau du marché mondial. Comme la rappelé George Osborne le vote de Brexit ne doit pas entraver sur les perspectives du pays.

L’impact de la baisse du taux de l’impôt

Avec cette réduction déjà le Royaume-Uni se rapproche de son homologue l’Irlande qui affiche un taux de 12,5% d’impôt sur les sociétés faisant de ce pays l’un des plus attractifs en Europe. En effet, les Britanniques ont pris les devants aux éventuelles conséquences du vote de Brexit en envisageant de mettre les investisseurs dans des conditions similaires à celles où le pays serait membre de l’union européenne. De ce fait le pays pourra toujours incarner une économie super-compétitive avec un taux de 15% d’impôt sur les sociétés. Car déjà à l’annonce du résultat du vote de Brexit déjà le livre s’est vu dépassé par le dollar en matière de valeur et engendré un ébranlement boursier dans le monde entier.

Depuis même, si les bourses affichent une nouvelle santé en reconquérant les places perdues l’inquiétude plane toujours au niveau des investisseurs face à la perte de l’accès du marché intérieur de l’U.E. De plus des entreprises britanniques phares telles easyJet, IAG ou Foxtons ont commencé à subir les résultats du Brexit.