Suspension des ventes de 80 modèles de Volkswagen en Corée du Sud

Suspension des ventes de modèles Volkwagen en Corée du Sud

Après le scandale qui avait éclaté en 2015, le groupe Volkswagen est aujourd’hui confronté à un nouveau problème. Celui de la suspension de la vente de certains de ses modèles en Corée du Sud. Cette décision s’accompagne d’une sanction prise par les autorités locales. Elle pourrait causez préjudice aux ventes du groupe en Asie. Toutefois, Volkswagen envisage des poursuites contre le gouvernement sud-coréen.

Une suspension accompagnée d’une sanction de la part des autorités locales

Depuis quelque temps, le groupe automobile allemand Volkswagen essai de se faire une nouvelle réputation sur le  marché de l’automobile. En effet, plongé en 2015, dans un scandale lié à l’utilisation de procédés visant à diminuer de manière frauduleuses les émissions polluantes, le groupe fait face actuellement à la décision de la Corée du Sud de suspendre la vente de plusieurs de ses modèles.

Au total, 80 modèles de Volkswagen et deux de ses filiales à savoir Bentley et Audi ont vu leur homologation être retirée par le gouvernement Sud-Coréen. Le groupe a aussi fait l’objet d’une condamnation. Une amande de 17,8 milliards de wons (14,4 millions d’euros) lui a été infligée par le ministre coréen de l’environnement. Ce dernier présume que des falsifications ont été effectuées sur des tests de niveaux sonores et d’émissions polluantes par le groupe allemand.

Une décision qui pourrait causer préjudice aux ventes du groupe en Asie

Cette décision pourrait causer un grand préjudice au leader européen des constructeurs automobile sur le marché asiatique où il a triplé son chiffre d’affaires à 2,820 milliards de wons (2,2 milliards de dollars) avec sa filiale locale pendant les cinq années qui ont précédé le scandale. Selon le ministre sud-coréen de l’environnement, le retrait de l’homologation concerne 209,000 voitures depuis novembre. Ce qui correspond à 68% des voitures vendues par Volkswagen en 2007 dans ce pays.

Contrairement à Volkswagen, les filiales Audi et Bentley qui occupent une bonne place sur le marché sud-coréen risquent de ne pas y être présentes lors des trimestres qui viennent. En effet, d’après Hong Dong-Gon, responsable du ministère l’Environnement, l’homologation d’un véhicule intervient en principe au bout de 3 mois. Mais pour le cas Volkswagen, les choses pourraient durer, car une étude approfondie sera menée.

Des poursuites envisagées contre le gouvernement sud-coréen

Toujours selon le responsable, l’obligation de donner un véhicule de remplacement pourrait peser sur Volkswagen en cas de retard sur le rappel des véhicules touchés par les manipulations des émissions polluantes. De son côté, le constructeur allemand, dans une lettre adressée à ses clients et mise en ligne sur son site internet sud-coréen, affirme qu’il compte faire un recours en justice de cette décision pour demander une « suspension à exécution ». Il qualifie également la sanction de « particulièrement sévère ».

Des poursuites contre le gouvernement chinois pourraient aussi être menées si cela pourrait profiter aux partenaires, consommateurs ainsi qu’aux distributeurs et redorer l’image commerciale du groupe. Depuis le 25 juillet, il avait annonçait la suspension de la vente de plusieurs de ses modèles, anticipant ainsi la décision des autorités sud-coréennes. Par ailleurs, un mandat d’arrêt avait été lancé par la justice de ce pays à l’égard d’un dirigeant du constructeur allemand.