Les députés européens veulent des sanctions communes et l’interdiction de la vente de l’ivoire

assemblee-union-europeenne

Les élus membres de la commission de l’Environnement ont proposé que des sanctions communes soient appliquées à l’encontre du trafic des espèces sauvages. De même, ils veulent que la vente de corne de rhinocéros et de l’ivoire soit interdite. Dans la pratique, ce trafic génère 20 milliards d’euros chaque année. Dans ce sens, c’est l’un des trafics les plus lucratifs dans le monde.

Une activité criminelle très lucrative

Représentant la 4ème plus importante pratique criminelle dans le monde, le trafic d’espèces est un gros fléau qu’il faut combattre selon les déclarations  de Catherine Bearder. Cette dernière a présenté un rapport qui décline la position du parlement européen par rapport à la stratégie de l’UE présentée par la Commission.

Il est nécessaire de faire des sanctions très sévères contre ce crime qui est d’une gravité énorme. De même, toutes les peines doivent être uniformisées dans tout l’espace européen. La rapporteure se dit également joyeuse que l’option d’une interdiction immédiate et entière du commerce de l’ivoire soit envisagée par les députés.

Le rapport prévoit une interdiction totale de l’exportation et de la vente de la corne de rhinocéros et de l’ivoire. Il préconise aussi les pays membres de l’UE à mettre sur pied des sanctions adaptées. La commission devra aussi établir des règles générales pour les sanctions et les infractions.

Au plan législatif, l’UE procédera à des renforcements notamment pour l’interdiction de mettre sur le marché, de transporter, d’acquérir ou de posséder des espèces sauvages ayant été pris de manière illégale.

Les élus ont souligné que la chasse au trophée a favorisé la rareté de certaines espèces. Dans ce sens, ils exhortent l’union à adopter une démarche préventive en ce qui concerne les trophées de chasse des espèces protégées qui sont importées.

Secteurs et activités liés à ce fléau

Les élus ont constaté que les actes criminels à l’égard de la faune peuvent être liés à d’autres activités illicites comme le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et de milices. Les pays membres de l’UE sont ainsi appelés à mettre en œuvre les outils disponibles. Dans ce sens, il est important de coopérer avec les banques et les établissements financiers. Cela permettra de ressortir les éventuelles liaisons.

L’union européenne va aussi lutter contre la corruption et les carences qui ont été notées dans ce circuit illicite. Une collaboration avec d’autres pays n’est pas exclue afin d’identifier rapidement les sources de ce fléau néfaste.

Dans un autre angle les députés souhaitent que l’UE se penche sur le web et le commerce en ligne en collaborant avec les acteurs du web comme moteurs de recherche, les réseaux sociaux, etc. Les contrôles devront être plus aigus. De même, des stratégies devront être mises en place pour éradiquer les pratiques illégales sur le web.