Europe : une occasion inespérée avec le Brexit

brexit-une-occasion-pour-leurope

Le mois d’octobre peut être considéré comme une période tumultueuse en Angleterre avec  les sorties de sa Première Ministre Theresa May. Cette dernière  avait présenté ce 5 octobre au congrès du Parti conservateur un discours où elle évoque une rupture totale du Royaume-Uni avec l’UE qualifié de « hard Brexit » et d’entamer les procédures de sortie sans attendre mars 2017. Cette annonce avait occasionné beaucoup de soulèvements de Britanniques qui avaient entamé des procédures à l’encontre de leur Première Ministre. A la suite Mme May s’est faite plus flexible en précisant qu’elle entamera les procédures de sortie comme prévu dans les traités en mars 2017.

Des zones d’ombre dans le discours de May

Le discours de la Première Ministre Theresa May rend perplexe beaucoup d’observateurs.  Pour beaucoup d’analystes politiques le discours de Mme May est plutôt adressé à l’électorat de son parti. Mais toujours selon ces observateurs une étude plus détaillée de son discours révèle que la Première Ministre associe toujours le Royaume-Uni au libre-échange des biens et services  au sein de l’Union. Le pays de la reine Elisabeth II ne veut surtout pas se départir du marché fructueux de l’Union où ses entreprises y sont bien représentées. Mais cette vision de Mme May ne prend pas en compte la libre circulation des personnes où les Britanniques veulent mettre en avant leur politique d’immigration.

Avec ce revirement noté dans le discours Theresa May met en avant le souhait de certains patronats britanniques qui prônent pour un soft Brexit au lieu du hard Brexit annoncé dans le temps par Mme May. Au sortir de ce discours de la Première Ministre britannique l’Europe devra se prononcer  surtout concernant l’optique du Royaume-Uni de sortir de l’Europe tout en conservant la libre circulation des biens, services et capitaux sauf des hommes, ce dernier détail fait le souhait de la Grande-Bretagne risque de ne pas passer. Premièrement il est inacceptable qu’un pays qui a décidé délibérément de sortir de l’Union puisse profiter encore de ses avantages mais aussi l’Europe va profiter du Brexit pour revoir la configuration entière de l’UE.

Une éventuelle configuration de l’Europe

Avec le Brexit l’Europe a la chance de revoir entièrement sa configuration où deux blocs peuvent être distingués. D’abord nous pouvons avoir un bloc dédié spécialement au marché intérieur de l’Union où tous les peuvent seront les bienvenus  même la Grande-Bretagne. Dans ce cercle il sera établi la libre circulation des biens, services ainsi que des capitaux et des pays comme l’Ukraine ou le Serbie qui avait manifesté leur souhait d’intégrer l’Espace économique européen peuvent s’y retrouver.

Ensuite, un autre bloc qui représentera vraiment l’Union Européenne va regrouper tous les pays qui sont régis par les textes de l’Union avec comme monnaie unique l’euro. Dans ce bloc les pays seront aussi réunis autour d’une politique de sécurité et de défense, tout pays qui ne respectera pas les politiques votées dans l’Union se verra renverser vers l’autre bloc. Pour beaucoup d’observateurs un travail acharné doit être fait à la base pour espérer voir un jour se concrétiser la nouvelle configuration de l’Europe.