BNP Paribas enregistre une nouvelle amende de 246 millions de dollars sur les changes

BNP Paribas

La sanction a été rendue officielle par la Réserve fédérale américaine, qui affirme avoir imputé à la banque française BNP Paribas, une amende de 246 millions de dollars. Les raisons qui excusent cette sanction sont excusées par les pratiques risquées et incommodes dont fait recours la banque française sur le marché des changes.

Des défaillances récurrentes

Cette situation n’est pas tout à fait étrangère à la banque française qui a enregistré dans un passé récent (moins de 2 mois) une amende de 350 millions de dollars pour des faits similaires, suite à une enquête commanditée par le régulateur new-yorkais et ayant abouti à un accord entre les deux parties. Les arguments brandis par la Réserve fédérale américaine se justifient par les déficiences notées dans les mécanismes de contrôle et de surveillance internes des traders de BNP Paribas. Ces manquements auraient poussé la banque française à perdre tout contrôle sur l’activité de ses traders qui n’ont pas hésité par le biais des forums en lignes, de manipuler le taux de change.

BNP Paribas promet de revoir sa copie

La banque française n’a pas tardé à réagir par rapport à cette amende deuxième amande de 246 millions qu’elle cautionne et quelle juge motivée. À travers un communiqué adressé par la banque, cette dernière se désole des failles détectées dans son système et qui contribuent à ternir l’image la crédibilité et le prestige de la banque française qui dans la foulée a tenue a annoncé que les faits remontés à la période 2007-2013 et que depuis lors d’importantes mesures étaient mises en places pour booster le système de contrôler afin de le conformer aux normes standards.

Pour l’occasion, la banque n’a pas hésité à proposer des formations pour ses effectifs, elle a aussi boosté ses ressources dédiées avant de définir enfin un nouveau code de conduite au sein de la banque. Pour rappel ces amandes sont tout à fait récurrentes dans le secteur bancaire, et la banque française est loin d’être la seule à avoir subi les foudres de la banque centrale américaine. Dans le sillage, cette dernière a arrêté des mesures conservatoires consistant premièrement à interdire formellement toutes activités sur le marché des changes à Jason Katz, un ancien trader de BNP Paribas. Ensuite, elle a formulé à la banque française une interdiction totale de réembaucher toutes personnes dont la responsabilité serait attestée dans ces affaires de manipulations.

Publicités