L’agriculture bio se met en avant et demande sa part au gouvernement

Agriculture biologique

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travers, se fait interpelé par la principale organisation représentante des agriculteurs du bio, la FNAB. Sa présidente, Stéphanie Pageot, profite de son entretien de ce jeudi pour que la politique agricole Commune se penche du côté de la culture bio en lui transférant une partie des fonds européens.

La demande de l’organisation

L’organisation demande un « vrai choix » pour soutenir la transition agricole et environnementale par le transfert de fonds européen, opération accordée par l’UE. Stéphanie Pageot explique que le gouvernement devrait agir avant le 31 juillet s’il veut renforcer le processus de transition de la filière agricole. Dans le contraire, selon son opinion, la filière bio se retrouvera en difficulté puisque la demande des consommateurs est de plus en plus élevée.

Une promesse de transferts

Stéphane Travers pose déjà des actes et débloque un « transfert de crédits » provenant du pilier 1 de la PAC qui se consacre aux aides à l’hectare, profitant massivement au secteur céréalier et à l’agriculture conventionnelle, qui sera injecté dans le pilier 2 dont les cibles sont les exploitations en zone montagneuse, au développement du bio, de l’agriculture raisonnée et l’implantation de nouveaux jeunes agriculteurs. Cependant, le montant du transfert n’a pas été révélé mais il peut être annoncé d’ici la fin du mois. D’un autre côté, il y a une opposition entre les principaux acteurs de l’agriculture et la FNSEA, le premier syndicat agricole, se montre réticent au transfert.

Les problèmes de financement de la transition vers le bio

L’AGPB, représentant des producteurs de blé, fait part d’un problème de « chèques non approvisionnés » provenant du précédent gouvernement, ne pouvant plus poursuivre ses engagements de financement de la transition vers le bio, victime de son succès. Mme Pageot rappelle que les régions chargées de la gestion des fonds provenant du pilier 2 de la PAC ne possèdent plus les fonds nécessaires aux aides à la mise en place et au maintien d’agriculteurs du bio.

Elle continue en parlant des dernières informations tirées du ministère qui faisaient état d’un transfert entre 5 et 6% du budget tiré du budget du pilier 1 en outre qu’un transfert de 15% était autorisé. Ce pourcentage est jugé insuffisant par la présidente. D’après son calcul, 1% du ce budget équivaudrait à 75 millions d’euros ce qui ferait un montant potentiel de 1,125 milliards d’euros. Dans sa déclaration du jeudi, le ministre reconnait se trouver devant une impasse financière de 853 millions d’euros devant la Commission des Affaires Economiques du parlement national.

Publicités