Facebook reçoit des régulateurs français dans ses locaux de France

facebook reçu par les régulateurs

Alors que les règlementations sur la suppression et la régulation sur les discours haineux sont à la traîne, une équipe de régulateurs français sera acceptée dans les locaux du géant américain à Paris afin de travailler en immersion sur le sujet. C’est le président Emmanuel Macron qui a fait cette annonce le lundi dernier à l’occasion du Forum sur la Gouvernance d’Internet qui a réuni à Paris les ténors du numérique et des responsables politiques.

Une solution pour mettre fin à la haine sur les réseaux sociaux

Cette décision du président de la République est une suite de la discussion qu’il a eue avec Mark Zuckerberg lors de la Tech for Good en mai dernier. Alors qu’il faisait son discours dans l’auditorium de l’UNESECO de Paris, le président français annonçait que cette expérience est une première du genre qui est un moyen de pouvoir contrôler et mieux gérer les informations sur internet et sur les réseaux sociaux. Depuis quelques années, les contenus racistes, sexistes et de discrimination de tout genre se propagent sur les médias sociaux, ce qui est une menace pour la bonne gouvernance et les politiques de l’exécutif dans de nombreux pays. Le climat n’est pas le même dans tous les pays européens où cette régulation des contenus sur les réseaux sociaux pourrait porter atteinte à la liberté d’expression tant prônée dans le monde. Ces régulateurs dans les locaux de Facebook pourraient donner un nouveau ton à Paris dans la régulation ce ces déboires sur internet.

Faire face à ce problème autrement

À la présidence française, il est question de demander des obligations de résultats ou de résultats moyens à ces plateformes de réseaux sociaux plutôt que de leur donner des certifications de process. À Paris, ce sera la première fois que le géant américain dépêche des experts en son sein et que le gouvernement français en désigne aussi afin de créer une équipe travaillant avec synergie. Ces spécialistes français sont issus des différents organismes tels que la justice, la Dinsic et l’Arcep. Ils auront certainement à travailler Dublin dans les locaux du siège de Facebook en Europe et au siège mondial dans la Silicone Valley. Même s’ils n’ont pas de pouvoir de réquisition, leur rôle sera d’étudier les outils utilisés par Facebook afin de supprimer les contenus haineux. Cet exercice permettra donc à Paris de comprendre tous les enjeux et de suggérer des propositions.